Pyrénées-infos.com
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Faits divers Décembre 2012

lundi 31 décembre 2012 par Rédaction

Grand Tourmalet : un surfeur espagnol se tue

Un surfeur espagnol de 26 ans s’est tué mercredi en tentant d’effectuer un saut périlleux dans la station de ski du Tourmalet. Le jeune homme a tenté une figure acrobatique, mais il est retombé sur la tête, selon les témoignages recueillis par les enquêteurs.

La victime, qui s’est brisé les vertèbres cervicales, évoluait sur une piste bleue qui ne présentait aucune difficulté particulière. Le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Pierrefitte-Nestalas est chargé de l’enquête.
[marron]Mis en ligne jeudi 27 décembre 2012[/marron]

==================

Accident mortel à Piau-Engaly

Un skieur de 57 ans est mort mardi d’un arrêt cardiaque à la suite d’une chute dans la station de ski de Piau-Engaly, dans les Hautes-Pyrénées.
Cet habitué de Piau-Engaly résidant dans les Deux-Sèvres effectuait une descente lorsqu’il a été gêné par un autre skieur. Il a fait une chute, ses skis se sont détachés et il a glissé sur environ 200 mètres avant de s’immobiliser, a précisé la directrice de la station, Blandine Vernardet.

Le quinquagénaire a été pris en charge par les pisteurs de la station qui l’ont conduit dans un local médicalisé. Trois quarts d’heure plus tard, il a fait un premier arrêt cardiaque, mais il a été ranimé. Un second arrêt cardiaque lui a été fatal.

Le médecin du Samu a estimé que la mort était due au stress de la chute.
[marron]Mis en ligne mercredi 26 décembre 2012[/marron]

==================

Tarbes : les braqueurs des buralistes arrêtés

L’individu qui avait braqué les buralistes de Juillan et d’Urac à Tarbes, les 5 et 6 décembre dernier, a été interpellé en flagrant délit de vol à l’arraché, mardi après-midi. Il avait été identifié par les policiers tarbais qui l’ont remis aux gendarmes chargés de l’enquête. Placé en garde à vue, il a reconnu sa participation et a précisé qu’il était accompagné d’un comparse auquel il devait de l’argent. Ce dernier a été interpellé hier matin. Les deux malfaiteurs, originaires de Tarbes, sont âgés de 23 et 31 ans. Ils ne sont pas inconnus de la justice puisque affichant plusieurs condamnations, notamment pour vol et trafic de stupéfiants.
[marron]Mis en ligne jeudi 20 décembre 2012[/marron]

Auriébat : un enfant de 13 ans mordu par un chien

Hier, en début d’après-midi, à Auriébat, un enfant de 13 ans qui jouait dans la rue avec des camarades a été mordu par un chien de race malinois. Le garçon souffre de blessures aux quatre membres.
[marron]Mis en ligne jeudi 20 décembre 2012[/marron]

==================

Il avait violé et enterré vivante une fillette : la justice lui refuse la sortie de prison

La justice a refusé mercredi à Alain Tesson, condamné à perpétuité en 2005 pour le viol en récidive et le meurtre d’une fillette de 12 ans qu’il avait enterrée vivante, de sortir de la prison de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) pour des raisons médicales, au grand soulagement des proches de la victime, a indiqué à l’AFP un avocat de la famille, Me Alain Ifrah.

Le tribunal de l’application des peines de Tarbes a estimé qu’Alain Tesson, certes gravement malade et âgé de 63 ans, restait trop dangereux pour être admis dans un Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de la Haute-Garonne voisine, comme il le demandait, a-t-on appris de source proche du dossier.

Alain Tesson avait été condamné le 18 mars 2005 par les assises de la Sarthe à la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans pour le viol et le meurtre d’une collégienne le 16 octobre 2001 à Requeil.

Alain Tesson avait donné rendez-vous à l’enfant le matin du crime, puis l’avait emmenée dans une caravane, où il avait abusé d’elle, l’avait frappée et lui avait fait ingurgiter des somnifères, avant de l’enterrer vivante dans un fossé creusé par ses soins sur l’un de ses chantiers. Alain Tesson était à la tête d’une entreprise de bâtiment.

Père de trois enfants, il avait déjà été condamné en 1989 à quatorze années de réclusion criminelle pour le viol de sa fille. Il avait été libéré en 1997 et semblait avoir réussi sa réinsertion.

Quand ils avaient appris la demande de suspension de peine présentée par Alain Tesson, les parents de la fillette tuée avaient trouvé l’idée de son éventuelle sortie insupportable. Ils avaient déclaré dans la presse locale qu’eux étaient condamnés à une "vraie perpétuité" et qu’ils attendaient qu’Alain Tesson purge ses 22 années incompressibles.

Ils ont appris avec soulagement le rejet de la demande d’Alain Tesson, a dit leur avocat, Me Ifrah.

Le tribunal de l’application des peines a reconnu qu’Alain Tesson était très gravement malade. Mais il a observé que les expertises demeuraient "extrêmement préoccupantes" quant à sa dangerosité. Il a aussi entendu l’argument de Me Ifrah ; celui-ci s’inquiétait pour la sécurité des enfants qui iraient rendre visite à leurs grands-parents dans l’Ehpad où Alain Tesson demandait à être admis.
[marron]Mis en ligne mercredi 19 décembre 2012[/marron]

==================

Lahitte-Toupière : incendie

Hier après-midi, vers 15h, les sapeurs-pompiers sont intervenus pour un feu de pavillon, sur la commune de Lahitte-Toupière,. La maison de Franck Salamagnou, artisan, située 17 chemin du Mouréou, a subi d’importants dégâts, notamment au niveau de la toiture . Le feu a pris naissance dans l’appentis. L’incendie aurait pu être provoqué par des panneaux voltaïques. Au moment du sinistre, aucun occupant n’était présent.
[marron]Mis en ligne mardi 18 décembre 2012[/marron]

==================

Juillan : le retraité qui avait tiré sur son épouse mis en examen pour tentative de meurtre

Joseph Miqueu, un retraité âgé de 72 ans, avait tiré avec son fusil sur son épouse le 24 novembre dernier. Elle avait pu détourner l’arme et n’avait été que légèrement blessée. Le septuagénaire avait ce soir-là 2,20 grammes d’alcool dans le sang et avait également ingurgité une forte dose de Lexomil. Etant souvent sous l’emprise alcoolique, il avait déjà menacé sa femme avec le fusil. Le pôle de l’instruction de Pau l’a mis en examen pour tentative de meurtre et a décerné un mandat de dépôt. Il a été hospitalisé sous la contrainte à Lannemezan. Il encourt une peine de 30 ans de réclusion criminelle.
[marron]Mis en ligne mercredi 12 décembre 2012[/marron]

Saint-Lary : un hôtel inondé

Hier, vers 13h, une canalisation d’eau a été endommagée par une mini pelle, ce qui a provoqué une inondation qui a atteint l’hôtel de la Bergerie, provoquant quelques dégâts matériels et nécessitant l’intervention de 9 pompiers de Saint-Lary, Arreau, Lannemezan.
[marron]Mis en ligne mercredi 12 décembre 2012[/marron]

Tarbes : containers en feu

Lundi matin, vers 4h, un feu de containers s’est déclaré dans le local abritant les poubelles, situé devant l’escalier 2 de la cité Mouysset. La fumée, rentrée par la cave, est remontée dans les étages, obligeant les pompiers à faire évacuer les locataires de plusieurs appartements. La piste criminelle n’est pas écartée.
[marron]Mis en ligne mercredi 12 décembre 2012[/marron]

==================

Tarbes : un an de prison ferme pour le voleur de ferraille

Christopher M. est un habitué des prétoires. Il a été déjà condamné à 28 reprises pour vols, recels de vols, violences, détention de stupéfiants, conduites sous emprise alcoolique et sans permis. Il a comparu une nouvelle fois devant le tribunal correctionnel de Tarbes alors qu’il est déjà en détention pour une autre affaire que celle qui l’amène à la barre. C’est du vol de 15 tonnes de ferraille (en plusieurs fois) aux entrepôts Toujas et Coll, à Préchac, au mois d’avril dernier, qu’il a à répondre. Le préjudice a été évalué à 12 000 euros. Il a été condamné à un an de prison ferme sans confusion des peines antérieures. Il devra aussi verser 12000 euros en dommages et intérêts à la société Toujas et Coll pour rembourser la ferraille volée.
[marron]Mis en ligne mardi 11 décembre 2012[/marron]

Tarbes : vandalisme

Dans la nuit de samedi à dimanche, des individus s’en sont pris à l’un des sapins de Noël placés devant le restaurant « La table de mamie », près de la place du Foirail, à Tarbes. La décoration a été emportée ainsi que les branches. Le restaurateur avait dû faire face à la même mésaventure en janvier 2011.
[marron]Mis en ligne mardi 11 décembre 2012[/marron]

==================

Lourdes : gare aux escroqueries par téléphone

Appel à la vigilance a été lancé par le commandant François Pouchan, du commissariat de police de Lourdes : « Une personne se faisant passer pour un commissaire de police appelle des personnes âgées à leur domicile en leur indiquant qu’il vient d’interpeller quelqu’un en possession de numéros de comptes bancaires et leur demande donc de leur fournir les numéros de leur carte bleue ». Cela est évidemment faux et a pour but de récupérer les coordonnées bancaires de ces personnes. « Ne jamais donner ces informations. On ne communique jamais ses références bancaires ni numéro de carte bleue, même aux services de police, même si la personne dit que c’est la banque, il ne faut jamais répondre à ce genre d’appel ». En cette période de Noël, le commissariat met également en garde contre les faux démarcheurs ou les faux vendeurs de calendriers.
[marron]Mis en ligne samedi 8 décembre 2012[/marron]

Tarbes : un voleur à l’arraché interpellé

Mercredi, les policiers de Tarbes ont interpellé un individu qui était entré dans une boulangerie et avait dérobé le sac d’une personne en train de faire le ménage. Au cours de la perquisition à son domicile, les policiers ont retrouvé un sac à main provenant d’un autre vol à l’arraché. Âgé de 30 ans, ce Tarbais est connu des services de police.
[marron]Mis en ligne samedi 8 décembre 2012[/marron]

Crash de l’hélicoptère à Gavarnie en 2006 : l’État condamné

Le tribunal administratif de Pau a condamné l’État à indemniser les familles du crash du Dragon 64 survenu le 5 juin 2006, dans le massif de Gavarnie. L’accident avait coûté la vie à trois personnes : le pilote Didier Favre-Rochex, l’opérateur de bord Jean-Luc Ducoup et le CRS Emmanuel Mandard. L’État devra verser 24 000 € aux époux Favre-Forex et à leurs enfants et 57 000 € à la veuve de Jean-Luc Ducoup, à son enfant et aux proches.
[marron]Mis en ligne samedi 8 décembre 2012[/marron]

==================

Tarbes : braquage dans un bureau de tabac

Mardi soir, c’était le tabac-loto-presse de Juillan qui était victime d’un braquage par un individu qui s’est éclipsé rapidement dans la nature. Mercredi soir, vers 19h, scénario identique au bureau de tabac, situé dans le quartier d’Urac, à Tarbes. Sous la menace d’une arme, un homme vêtu de noir, le visage partiellement masqué par une capuche, s’est fait remettre la caisse et a pris la fuite. Montant du butin : 20 euros. Le buraliste a l’habitude de vider régulièrement la caisse dans la journée. Il pourrait s’agir du même malfaiteur. L’enquête a été confiée pour ces deux braquages à la gendarmerie. Les buralistes sont exaspérés. Jean-Luc Guillen, le président du syndicat des buralistes des Hautes-Pyrénées, le fait savoir. Il préconise un système d’alerte par SMS entre tous les commerçants.
[marron]Mis en ligne vendredi 7 décembre 2012[/marron]

Cazaux-Debat : sortie de route et plongeon dans la Neste du Louron

Hier matin, vers 8h40, un automobiliste de 50 ans qui venait de Bordères-Louron a perdu le contrôle de son 4x4 sur une plaque de verglas. Le véhicule s’est déporté et a plongé dans la Neste du Louron qui longe la RD 618. Heureusement, il n’y avait pas beaucoup d’eau, ce qui a permis au conducteur de s’extraire seul de son 4x4. Il s’est retrouvé sur un rocher, au milieu de la rivière. Ce sont les pompiers d’Arreau et de Sarrancolin aidés des plongeurs de Tarbes qui l’ont tiré de cette inconfortable situation. Il a été évacué vers l’hôpital de Lannemezan.
[marron]Mis en ligne vendredi 7 décembre 2012[/marron]

Gripp : perte de contrôle, trois blessés

Hier après-midi, à Gripp, un automobiliste a perdu le contrôle de son véhicule qui se dirigeait vers La Mongie. La voiture a heurté la paroi rocheuse. Trois jeunes originaires de Vendée se trouvaient à bord. Deux d’entre eux ont été légèrement blessés, le troisième a dû être désincarcéré et était plus sérieusement touché. Ils ont été transportés au centre hospitalier de Tarbes.
[marron]Mis en ligne vendredi 7 décembre 2012[/marron]

==================

Juillan : braquage au tabac-presse

Mardi soir, vers 19h30, le gérant du tabac-presse, loto, épicerie du centre de Juillan et sa compagne ont été braqués par un homme qui venait de faire irruption avec une arme de poing. Il a demandé la caisse et a emporté une grande partie de son contenu, soit environ 1500 €. L’action s’est passée très vite et n’a pas duré plus d’une minute trente. Le couple a avoué avoir eu très peur. Le malfaiteur est ensuite sorti du magasin à pied. On ignore s’il a pris un véhicule pour s’enfuir. Aussitôt, un important dispositif de recherches a été mis en place par la gendarmerie avec l’appui de l’hélicoptère du détachement aérien de Laloubère. Le plan Epervier a été rapidement levé, les gendarmes ne possédant aucun signalement permettant de dire si l l’individu avait pris la fuite en voiture. Le maire Robert Vignes a fait observer que c’était la première fois que sa commune faisait l’objet d’un braquage. Il s’est dit très surpris et choqué.
[marron]Mis en ligne jeudi 6 décembre 2012[/marron]

Tarbes : un piéton blessé

Hier, vers 15h20, place Marcadieu, une voiture a heurté un piéton. Ce dernier, légèrement blessé, a été évacué vers le centre hospitalier de Tarbes par les sapeurs-pompiers.
[marron]Mis en ligne jeudi 6 décembre 2012[/marron]

Castelnau-Rivière-Basse : feu d’une grange

Mardi, vers 19h30, au quartier du Rengouey à Castelnau-Rivière-Basse, deux véhicules ont été entièrement calcinés dans l’incendie d’une grange. L’intervention rapide des sapeurs-pompiers a évité la propagation des flammes à la maison voisine.
[marron]Mis en ligne jeudi 6 décembre 2012[/marron]

==================

Lannemezan : un piéton tué

Hier, vers 18h20, un piéton qui marchait le long de la route en direction d’Arreau, près du Centre Médico Chirurgical de Lannemezan, a été happé par une voiture qui a pris la fuite. L’homme dont on ignorait l’identité*, âgé entre 50 et 55 ans, est décédé, n’ayant pu être sauvé par les pompiers de Lannemezan et les personnels du SMUR. La gendarmerie de Saint-Laurent-de-Neste a été chargée de l’enquête. A l’heure où s’est produit ce tragique accident, il faisait nuit et la pluie tombait dru.

*Son identité est connue : il s’agit de Pascal Landjas, âgé de 54 ans, demeurant à Lannemezan.
[marron]Mis en ligne mercredi 5 décembre 2012[/marron]

Tarbes : un cycliste légèrement blessé

Hier, vers 18h00, une voiture a heurté un cycliste , derrière la déchetterie Sud. Légèrement blessé, le cycliste a été transporté au centre hospitalier.
[marron]Mis en ligne mercredi 5 décembre 2012[/marron]

Andrest : un blessé dans une collision

Hier, vers 18h00, une collision entre deux voitures s’est produite sur la RD 935, à Andrest. L’accident a fait un blessé léger qui a été secouru par les pompiers.
[marron]Mis en ligne mercredi 5 décembre 2012[/marron]

==================

Double infanticide à Pau : la mère a reconnu avoir tué ses enfants

Hier soir, Jean-Christophe Muller, procureur de la République de Pau, a confirmé que c’était la mère qui avait donné la mort à ses deux enfants, mercredi soir dans un pavillon de l’avenue Fouchet à Pau. Le meurtre de ses enfants s’inscrirait dans un contexte suicidaire. Pendant sa garde à vue, la mère a confirmé son souhait « de mettre fin à ses jours et d’emporter avec elle ses enfants ». Elle a été mise en examen pour meurtres sur mineurs de moins de 15 ans. Elle a fait l’objet d’une mesure d’hospitalisation psychiatrique fermée.
[marron]Mis en ligne samedi 1 décembre 2012[/marron]

Tarbes : accusé d’atteinte sexuelle sur une mineure, un homme de 50 ans a été incarcéré

Un homme de 50 ans exerçant à Tarbes en tant que "psychopraticien" aurait abusé de son influence pour obtenir des relations sexuelles avec l’une de ses clientes, une mineure âgée de 17 ans. Interpellé en région parisienne, l’homme a été placé en garde à vue et déféré au parquet. Mis en examen, il a été incarcéré.
[marron]Mis en ligne samedi 1 décembre 2012[/marron]

Juillan : le mari était fortement alcoolisé

Les analyses ont attesté que le septuagénaire qui avait blessé son épouse d’un coup de feu avec son fusil de chasse, samedi dernier, dans leur maison à Juillan, avait 2,21 g d’alcool dans le sang.
[marron]Mis en ligne samedi 1 décembre 2012[/marron]

Tarbes : deux blessés légers dans une collision

Hier, vers 17h00, au niveau du carrefour de l’avenue Aristide-Briand et de la rue de Gavarnie, deux voitures sont entrées en collision. L’accident a fait deux blessés légers qui ont été évacués vers le centre hospitalier de Tarbes par les pompiers.
[marron]Mis en ligne samedi 1 décembre 2012[/marron]

==================

Pau : deux enfants retrouvés morts à leur domicile, la piste de l’infanticide est privilégiée

Jean-Christophe Muller , le procureur de la République de Pau, a tenu hier après-midi une conférence de presse après la découverte mercredi soir des corps sans vie de deux enfants dans leur maison , située avenue Fouchet à Pau. Selon lui, "les éléments rassemblés excluent l’hypothèse d’une agression extérieure ainsi que l’hypothèse d’une mort accidentelle. (…) Nous travaillons actuellement sur la base d’une mort violente d’origine criminelle, donnée par la mère".

Mercredi soir, au retour de son travail, c’est le père des enfants qui a découvert les corps de ses deux garçons âgés de 5 mois et 6 ans. Un couteau a été retrouvé près de la mère des enfants, prostrée près des corps dans le local de la chaufferie de la maison. Rien ne laissait présager un tel geste de la part de la mère, "même si elle était en proie à des épisodes dépressifs pour lesquels elle avait consulté".
Une cellule psychologique a été mise en place à l’école saint-Dominique où était scolarisé l’aîné des enfants.

Toujours hospitalisés, les parents qui avaient auparavant habité à Tarbes n’ont pas encore été entendus par les enquêteurs.
[marron]Mis en ligne vendredi 30 novembre 2012[/marron]

==================

Orleix : L’homme qui avait tué son père à la hachette déclaré irresponsable

Un fils qui avait tué son père à la hachette avant de le découper à la scie et de le brûler dans la cheminée à Orleix vient d’être déclaré pénalement irresponsable et ne devrait jamais être jugé, ont indiqué ce mercredi la justice et son avocat.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Pau a décidé mardi que Ludovic Vicente, aujourd’hui âgé de 33 ans et interné, était en état d’irresponsabilité lors de la nuit d’horreur du 24 au 25 janvier 2011 au cours de laquelle il a supprimé son père dans leur maison d’Orleix après une querelle sur la propreté de l’évier. De dérisoires traces laissées par son père dans le receveur de la cuisine ont servi de déclencheur à un homme dont la grande dangerosité, observée par son avocat et les experts, avait échappé à quasiment tout le monde jusqu’alors.
Le meurtrier prêt à recommencer

Vicente, qui s’est dit prêt à recommencer devant le juge parce que sa curiosité de sensations devant le crâne fracassé de son père n’avait pas été assouvie selon son avocat, ne s’était signalé que par des violences ordinaires. Il ne faisait l’objet d’aucun suivi psychiatrique ou social, dit son avocat, Jacques Bertrand. Tout au plus les confrères de celui-ci ou des voisins l’avaient-ils trouvé bizarre, mais « il avait un travail et pouvait paraître sans histoire », dit son conseil. Et, en effet, « ce qui est curieux, c’est que, par ailleurs, il est très sympathique, il donne une apparence de normalité ».

Pourtant Vicente n’exprime aucun remords d’avoir tué son père même s’il parle de ce dernier comme d’un « brave type » avec lequel il avait de « petits conflits », dit Me Bertrand ; s’il a des regrets, c’est à cause des projets personnels qu’il formait et des poules et des chiens qu’il a confiés aux voisins avant de se constituer prisonnier. Aujourd’hui enfermé à l’Unité pour malades difficiles de Montfavet (Vaucluse), service spécialisé dans le traitement des malades mentaux très dangereux, Vicente parle de son crime avec précision et détachement.
Son père, un « boulet »

Ce jour-là, dans la maison qu’il partage avec son père, « le diable est entré en (lui) pour (qu’il) punisse son père » quand celui-ci laisse des marques dans l’évier. Vicente considérait son père, un retraité de 60 ans, comme un « boulet ». Il dira au cours de l’enquête en vouloir à une cinquantaine de « boulets », ajoutant aux certitudes des experts sur sa dangerosité. Il a alors frappé son père. Quand celui-ci est resté immobile au sol, il est allé chercher une hachette et une scie.

A cet instant, il reproche encore à son « boulet » de père le mauvais affûtage de la hache. Le cerveau de la victime le fascine, dit son avocat, il veut voir la réaction à l’intérieur du crâne. Il dira plus tard au juge sa déception. Il lui dira aussi que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, c’est le cerveau qui brûle le plus lentement. Il a ensuite pris toute la nuit pour brûler le cadavre dans la cheminée. Il a mis les cendres dans la brouette, a envisagé de les jeter sur le fumier et s’est ravisé en pensant à la colère éventuelle de sa tante, relate son avocat. Puis il s’est livré.

Vicente, parti avec sa mère bien des années auparavant, était revenu de lui-même chez son père, dans un milieu modeste, mais sans difficultés financières ni sociales, dit son avocat. Son père avait peur de lui. Mais il n’avait jamais porté plainte. Selon son avocat, la chambre de l’instruction a ordonné son internement pendant 20 années, sauf évolution de son état. Les experts ne sont pas très optimistes et « s’il devait sortir un jour, il faudrait qu’un collège d’experts apprécie sa dangerosité », dit Me Bertrand. (AFP)
[marron]Mis en ligne mercredi 28 novembre 2012[/marron]

Maubourguet : deux blessés légers

Hier, vers 5h du matin, devant l’entreprise Euralis, à Maubourguet, une collision entre deux voitures a fait deux blessés légers qui ont été hospitalisés à Tarbes.
[marron]Mis en ligne mercredi 28 novembre 2012[/marron]

Tarbes : suicide

Lundi, vers 8h30, une femme de 62 ans, a mis fin à ses jours en se jetant du 7e étage de la tour 74, située 8, boulevard Saint-Exupéry, dans le quartier Laubadère, à Tarbes. Un geste qui a suscité une vive émotion dans le secteur.
[marron]Mis en ligne mercredi 28 novembre 2012[/marron]

==================

Juillan : Il tire sur son épouse avec un fusil

Samedi soir, vers 22h, un retraité, âgé de 71 ans, a tenté de tuer sa femme, âgée d’une soixantaine d’années, à coups de fusil. Il l’attendait devant son domicile, situé 26, rue de la Fontaine, à Juillan. Cette dernière venait de rentrer sa voiture dans le garage. Elle aurait tenté de saisir le canon et dirigé le fusil vers le plafond. L’épouse , blessée à une main, a réussi à s’enfuir et à se réfugier chez des voisins qui ont donné l’alerte. A l’arrivée des gendarmes, le septuagénaire était endormi sur le canapé du salon. Il a été hospitalisé au centre hospitalier de Tarbes puis envoyé dimanche à l’hôpital psychiatrique de Lannemezan. Une information a été ouverte pour tentative d’assassinat. Hier, vu son état, les enquêteurs n’étaient pas en mesure de l’entendre.
[marron]Mis en ligne lundi 26 novembre 2012[/marron]

Tarbes : policiers sur la brèche

Les policiers du commissariat de Tarbes ont été sur la brèche dans la nuit de samedi à dimanche. Trois conduites en état d’ivresse ont été relevées. Ils ont interpellé ensuite u lever du jour un individu qui avait dérobé le sac d’une jeune femme dans un bar tarbais.
[marron]Mis en ligne lundi 26 novembre 2012[/marron]

==================

Incendie d’une grange à Gerde

Hier, en fin de matinée un incendie s’est déclaré dans une grange située au col des Paloumières,,à Gerde. Au premier étage, la récolte de foin a été entièrement détruite. Avant l’arrivée des pompiers, le propriétaire a eu le temps de sortir le matériel agricole. Les dégâts sont importants.
[marron]Mis en ligne vendredi 23 novembre 2012[/marron]

Louey : le couple de Lourdais décédé

L’accident survenu dimanche après-midi à Louey (voir info d’hier lundi) a coûté la vie au couple de retraités lourdais. Jean-Paul Poueyto était âgé de 69 ans, son épouse, Lucienne, avait 73 ans. Tous deux demeuraient dans le quartier Lannedarré à Lourdes. Tous deux s’appelaient comme Marcel Poueyto, 71 ans, décédé le dimanche matin dans un accident à Adé. Il n’y avait aucun lien de parenté entre eux. Ces deux accidents portent à 19 le nombre de tués sur les routes haut-pyrénéennes depuis le début de l’année.
[marron]Mis en ligne mardi 20 novembre 2012[/marron]

==================

Adé : un septuagénaire lourdais tué dans une collision

Terrible accident dimanche matin, sur la RN 21, dans la ligne droite entre la sortie de la commune d’Adé et le virage du Toulicou. Une voiture à bord de laquelle se trouvaient quatre jeunes garçons, âgés de 20 à 23 ans, membres de l’équipe de football d’Argelès-Gazost , se dirigeait vers Lourdes. Il était 6h15. Pour une raison indéterminée, le véhicule, un Peugeot Expert, s’est déporté sur le côté gauche de la chaussée au moment où arrivait en face une autre voiture, un Peugeot Partner, conduite par Marcel Poueyto, un retraité lourdais, âgé de 71 ans. Ce dernier se rendait à la pêche. La collision a été extrêmement violente. Bloqué à l’intérieur de son véhicule, Marcel Poueyto a dû être désincarcéré. Médicalisé sur place, il était transporté par l’ambulance des sapeurs-pompiers vers le centre hospitalier de Lourdes où il décédait quelques instants plus tard. Dans le premier véhicule, le conducteur n’a été que légèrement blessé de même que les trois autres occupants qui ont passé des examens de contrôle au centre hospitalier. La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ce nouveau drame de la route. Marcel Poueyto est la 14e victime sur les routes haut-pyrénéennes depuis le début de l’année.
[marron]Mis en ligne lundi 19 novembre 2012[/marron]

Louey : un couple de Lourdais grièvement blessé

Hier après-midi, vers 17h, un spectaculaire et grave accident s’est produit au rond-point de Louey, sur la RD 821. Une voiture venant de Tarbes et se dirigeant vers Lourdes a, pour une raison inexplicable, foncé dans le rond-point, percutant les blocs de granit et les dalles de schiste qui ont provoqué la projection à plusieurs mètres de hauteur du véhicule, lequel s’est immobilisé une vingtaine de mètres plus loin sur le toit. Les deux occupants, un couple de Lourdais, âgés de 69 ans, ont été grièvement blessés. La passagère était en arrêt cardiaque respiratoire à l’arrivée des secours. Elle a pu être réanimée et évacuée vers l’hôpital. Tout comme le conducteur qui était inconscient.
[marron]Mis en ligne lundi 19 novembre 2012[/marron]

==================

Tribunal : elle abuse de la faiblesse de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer

Une Lourdaise, âgée de 63 ans, a comparu devant le tribunal de grande instance de Tarbes, poursuivie pour abus de faiblesse. Elle avait soutiré d’importantes sommes d’argent à sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle a été condamné à 4 mois de prison avec sursis, 500 euros d’amende et à verser 26 000 euros à la tutrice de sa mère.
[marron]Mis en ligne vendredi 9 novembre 2012[/marron]

Bordes (65) : cambriolage au magasin Gamm Vert

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des individus ont pénétré dans le bâtiment de Gamm Vert, à Bordes. Il semble qu’ils aient dérobé de l’argent et du matériel. L’inventaire n’était pas encore fait hier jeudi. La gendarmerie lance un appel aux commerçants pour qu’ils redoublent de vigilance dans cette période précédant les fêtes de fin d’année.
[marron]Mis en ligne vendredi 9 novembre 2012[/marron]

==================

Tribunal : un détenu très surveillé en prend pour 3 ans de plus

Nansour Mansouri est ce que l’on appelle un détenu particulièrement surveillé. Condamné à 15 ans de réclusion criminelle par la cours d’assises des Hauts-de-Seine pour meurtre, il a « atterri » à la centrale de Lannemezan après plusieurs transferts. Ce qui l’a éloigné de sa famille. Il n’apprécie pas et va donc multiplier les violences et les provocations. Il a comparu devant le tribunal de grande instance de Tarbes dans le cadre de la procédure de comparution immédiate, suite à des violences commises début octobre à la centrale de Lannemezan. Il a d’abord frappé un codétenu à coups de barre de fer. Deux jours plus tard, il assène un violent coup de tête à un gardien, provoquant un traumatisme crânien et l‘éclatement du nez. Il répond d’un ton virulent à la présidente. Il sera condamné à trois ans de prison ferme. Ce qui lui vaudra d’être libérable en 2035.
[marron]Mis en ligne jeudi 8 novembre 2012[/marron]

Tarbes : évacuation avec le GRIMP

Le Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP) a procédé, hier, à l’évacuation d’une personne souffrant du dos qui se trouvait au 1er étage d’une habitation, située rue Vignes, à Tarbes. L’opération placée sous le commandement du lieutenant Edouard Rosa a mobilisé une dizaine de pompiers. C’est par un brancard sécurisé et avec l’aide d’un système de poulies avec corde que la personne a pu être évacuée.
[marron]Mis en ligne jeudi 8 novembre 2012[/marron]

Cauterets : une randonneuse blessée

Une randonneuse a fait une chute sur un sentier, près du refuge d’Estom, sur la commune de Cauterets. Souffrant d’une luxation de l’épaule, elle a été secourue par les CRS de Gavarnie et évacuée par l’hélicoptère de la Sécurité civile vers le l’hôpital de Tarbes.
[marron]Mis en ligne jeudi 8 novembre 2012[/marron]

==================

Secours au massif du Pic Long

Les gendarmes du PGHM Pierrefitte-Nestalas ont secouru, mercredi soir, à 20h30, deux jeunes randonneurs, âgés de 20 et 22 ans, bloqués dans la neige et le froid, à 2900 m, dans le massif du Pic Long (commune d’Aragnouet). Sains et saufs, ils ont été ramenés à Pierrefitte Nestalas par l’hélicoptère de la gendarmerie.
[marron]Mis en ligne vendredi 2 novembre 2012[/marron]

Cap de Long : deux touristes espagnols imprudents

Hier après-midi, deux Espagnols ont emprunté une portion de la route départementale 929 qui était interdite pour rejoindre le Cap-de-Long. Pour cela, ils avaient ôté la barrière. La route étant étroite et surtout verglacée, ils ont contacté les secours. Ils ont été héliportés par les gendarmes du PGHM jusqu’à la commune de Vignec.
[marron]Mis en ligne vendredi 2 novembre 2012[/marron]

==================

Tarbes : Un appartement détruit par le feu

Hier vers 17h, un appartement situé au 1er étage de la résidence des Quatre-Vallées, 30 boulevard du Martinet, à Tarbes, a été détruit par un incendie. D’importants moyens (deux fourgons-pompe tonne, une échelle, une ambulance) ont été déployés par les sapeurs-pompiers qui ont procédé à l’évacuation des occupants des logements voisins. 21 personnes ont ainsi été mises en sécurité. Les occupants du logement où le feu s’est déclaré, et dont on ignore l’origine , étaient absents. Le chat, intoxiqué par les fumées, a été retrouvé mort. Les pompiers ont pénétré dans l’appartement par une fenêtre. Les occupants, un couple et une fillette, seront relogés par la ville de Tarbes. Sur les lieux, sont également intervenus les policiers et les agents d’EDF-GDF.
[marron]Mis en ligne samedi 27 octobre 2012[/marron]

==================

Cour d’assises : 30 ans de réclusion et perpétuité pour les deux cousins

Rodrigue Sophie et Thierry Théophile, deux Guadeloupéens emprisonnés à la centrale de Lannemezan pour homicide, ont été jugés cette semaine pour le meurtre à la machette d’un codétenu par la cour d’assises des Hautes-Pyrénées. Les deux accusés (deux colosses) ont nié la préméditation, disant avoir agi en légitime défense , accusant Rachid Benchetouia de les avoir attaqués. Le 24 février 2009, cet Algérien de 42 ans a été retrouvé mort, pratiquement égorgé à l’aide d’une sorte de machette artisanale fabriquée dans l’atelier de la centrale, qui compte 140 détenus. Depuis le début du procès, Thierry Théophile, le plus arrogant des deux accusés, a proféré des insultes qui ont irrité la cour. La juge qui a instruit le dossier ? "Une pute, une raclure de blanche". Les Arabes ? "Ils égorgent les enfants". Les surveillants de prison ? "Des nazis". Les deux cousins ont éclaté de rire quand un médecin légiste a évoqué la sauvagerie du meurtre et le fait qu’on retrouvera du sang jusqu’au plafond de la salle de baby-foot où le cadavre de l’Algérien sera découvert.

Le verdict a été rendu hier. Rodrigue Sophie et Thierry Théophile ont été condamnés respectivement à 30 ans de réclusion et à la perpétuité pour meurtre et non assistance pour assassinat . La préméditation n’a pas été retenue.
[marron]Mis en ligne samedi 27 octobre 2012[/marron]

==================